vendredi 7 avril 2017

Résumé de la table ronde


Espace économique francophone : Opportunités et Défis

Dans le cadre des activités du mois de la Francophonie, le Comité national libanais du Forum Francophone des Affaires (FFA) a organisé le vendredi 24 mars au restaurant « Le Maillon », une table ronde sur le thème « Opportunités et défis des entreprises au sein de l’espace économique francophone ». Le débat, suivi d’un déjeuner, s’est tenu en présence de personnalités du monde diplomatique et économique. Trois intervenants ont pris la parole : Gilbert Doh-Djanhoundy, ambassadeur de Côte-d’Ivoire au Liban, François Barras, ambassadeur de Suisse au Liban, et Jacques de Lajugie, Ministre conseiller et Chef du Service économique pour le Moyen-Orient près l’ambassade de France au Liban. La table ronde fut animée par Samir Nasr, économiste.

Reine Codsi : « réalité de la francophonie économique »

Dans son mot d’accueil, Reine Codsi, présidente du FFA-Liban, cite Jacques Attali pour qui « la Francophonie est un moteur de croissance durable ».

« De fait, dit-elle, les francophones et les francophiles représentent 16% du PIB mondial avec un taux de croissance de 7% et près de 14% des réserves mondiales des ressources minérales et énergétiques. Dans un monde multipolaire, les centres de création de valeurs francophones s’étendent d’Abidjan à Montréal en passant par Bruxelles, Paris, Beyrouth et Hanoï… et les chiffres avancés ainsi que l’espace géoéconomique francophone montrent la réalité de la francophonie économique. Il ne fait aucun doute que la langue française est un moyen d’unification et de transaction. Elle incarne aujourd’hui non seulement une réalité culturelle, politique et diplomatique mais aussi une réalité économique. Notre monde d’aujourd’hui a besoin d’entrepreneurs conscients de la nécessité de combiner vision économique et impact sociétal et c’est cette francophonie qui peut les assurer car elle a la possibilité de promouvoir l’innovation, de relancer la croissance et de créer des emplois ».

Mme Codsi conclut : « Le FFA est heureux d’accueillir aujourd’hui dans le cadre du mois de la Francophonie trois éminents interlocuteurs qui vont nous avancer leur expérience ainsi que leur vision de la francophonie économique ».

   
Samir Nasr : « l’espace francophone, mythe ou réalité ? »

M. Nasr présente les trois intervenants et le cadre des interventions en s’interrogeant : “l'espace francophone est-il une opportunité pour les entreprises? La Francophonie telle qu'elle est perçue n'a peut être pas une vocation essentielle de se constituer en un environnement de libre échange. Cependant, un fait est certain : les liens qui unissent ses membres peuvent se mouvoir d’une sensibilité linguistique et culturelle à une forme de collaboration économique et sociale ».

Il souligne par ailleurs : « Les Libanais sont connus pour avoir une capacité de pénétration économique dans de nombreux pays. On estime qu'ils sont présents dans plus de 80 pays dans le monde et pour eux que ce soit en langue française, espagnole, anglaise, italienne, arabe bien entendu, ou autre.., ils n'ont pas de problèmes réels à se trouver des espaces économiques ou des lieux d'échange et de pénétration commerciale. Cependant, il y a un cadre qui pourrait être plus stimulant, plus intéressant et qui pourrait leur offrir quelques avantages comparatifs, c’est l’espace francophone. Mais cet espace est-il un mythe ou une réalité sur le plan économique et commercial? Permettra-t-il à des investissements de se développer, à une coopération économique de s'étendre ? Quels sont les défis, les obstacles et les facilités ? L’avis des trois éminents ambassadeurs et conseiller pourra nous éclairer sur ces opportunités ».


L’ambassadeur de Côte-d’Ivoire : « les défis à relever »

En réponse au thème de la rencontre, S.E. M. Doh-Djanhoundy rappelle en premier lieu que « l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), portée sur les fonts baptismaux en 1970 par la France et les Etats de langue française, comporte au jour d’aujourd’hui 80 Etats répartis sur les cinq continents ».
« Institution à vocation originelle plutôt culturelle, l’OIF, face aux enjeux de la mondialisation, se veut désormais un espace à la fois culturel, économique et politique comme l’est dans une certaine mesure l’Espace du Commonwealth. »

L’ambassadeur rappelle que le thème du dernier Sommet francophone qui s’est tenu du 22 au 26 novembre 2016 à Antananarivo à Madagascar était : « croissance partagée et développement responsable, les conditions de la stabilité du monde et de l’espace francophone ».

« Parler des opportunités et des défis » poursuit-il « c’est chercher à comprendre comment les Etats ou gouvernements membres de l’OIF pourront résoudre les problèmes qui se posent dans cet espace ». Il souligne les défis à relever : 1- le renforcement des capacités en vue d’attirer les investissements, 2- la consolidation de l’espace économique francophone dans un esprit de partenariat gagnant-gagnant, 3- l’élargissement des réseaux institutionnels et professionnels, 4- la mobilisation des opérateurs économiques.

Concernant les opportunités, « les cibles à atteindre sont d’une part : la création des emplois pour les jeunes et pour les femmes pour leur autonomisation, l’aide aux agriculteurs pour les pays en développement, la réduction de la pénibilité du travail avec des moyens modernes mis à la disposition des paysans. D’autre part, pour les Etats et les gouvernements, il s’agit de la réalisation des grands travaux et des infrastructures économiques indispensables (routes, hôpitaux, écoles..), ainsi que des travaux d’irrigation pour rendre les terres cultivables et réduire sinon éradiquer la famine fléau intolérable dans ce monde ».

L’ambassadeur évoque de même la situation en Côte-d’Ivoire : « en terme de défis et d’opportunités, la Côte-d’Ivoire est l’un des pays africains qui regorge de matières premières agricoles dont le cacao, elle en est le premier producteur mondial grâce au dynamisme de sa population et l’encadrement efficace de l’Etat depuis l’indépendance ».

« Au début de chaque campagne de la récolte de cacao, le gouvernement ivoirien fixe le prix du Kg en tenant compte du prix fixé sur le plan international. Or en cours de campagne par le même jeu de la bourse le prix s’effondre comme c’est le cas présentement avec la baisse de 30% du prix international. D’où une catastrophe économique et sociale. Il serait sans doute plus rationnel de prévoir un mécanisme qui garantisse le prix aux producteurs pour la durée d’une campagne ».

Evoquant ensuite « les grands groupes d’opérateurs économiques qui se créent dans certaines régions et dont la langue de travail est l’anglais », il conclut : « on ne saurait parler de l’espace économique francophone en ignorant la nouvelle donne des capitaux sans frontières. Tel est de notre avis l’un des défis majeurs auxquels doivent faire face les entreprises de l’espace économique francophone ».


L’ambassadeur de Suisse : « partager une langue est un atout »

Sur le thème : est-il intéressant de faire des affaires en français? S.E. M. Barras rappelle en premier lieu que « la Suisse est membre de l'Organisation internationale de la Francophonie depuis 1989, et cela n'a pas été une chose évidente chez nous car comme vous le savez nous sommes un pays plurilingue, les francophones sont à peu près moins d'un quart de la population. Et les Suisses alémaniques ne comprennent toujours pas notre adhésion à la Francophonie ! »

« Au début poursuit-il, la francophonie était une organisation autour du partage d'une langue, de valeurs culturelles et démocratiques et peu à peu, d'un Sommet à l'autre, on voit que l'économie, l'éducation, la croissance deviennent des thèmes de plus en plus importants ».

« La Suisse est un tout petit pays en superficie et en population, souligne François Barras, toutefois hautement important sur le plan économique, avec une série de multinationales présentes partout dans le monde, un réseau très dense de PME qui exportent à 98% de leur production, en somme, une économie totalement mondialisée, globalisée dans laquelle la langue n'a pas beaucoup d'importance ».

« Mais, ajoute-t-il, le fait de partager une langue est un atout et je donne un exemple concret qui concerne le Liban et la ville de Genève. Pourquoi les Arabes sont-ils très présents à Genève plus qu'à Zurich qui pourtant est la capitale financière et économique de la Suisse ? Je fais remonter ceci aux Libanais qui étaient les premiers dans les années cinquante et soixante à être les intermédiaires entre les monarchies arabes et l'Europe. Francophones, les Libanais ont fait profiter leurs partenaires du Golfe des avantages de la Suisse en passant par Genève. Donc le partage d'une langue, en l'occurrence le français, est une chose très importante.

« Pour ma part je considère celui qui parle le français comme un cousin. Et pour moi les Libanais sont mes cousins du Moyen-Orient ».

L’ambassadeur évoque deux domaines concernant le rapport entre le français et l’économie. Tout d’abord « l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse romande, que les Libanais connaissent bien et qui est devenue il y a une vingtaine d'années le centre d'excellence dans le monde francophone pour la recherche en tous domaines. Un vivier de start-up et de nouvelles entreprises, dont beaucoup sont francophones, qui attire des jeunes francophones et des capitaux. Et même si le business se fait en anglais il se fait à Lausanne dans une ville francophone ».

« L'autre innovation extraordinaire de l'EPFL est l’introduction du MOOC (massive open online course) par son président et qui a complètement transformé cette école. Suite à un séjour de six mois en Afrique, pendant son année sabbatique, il avait été frappé par le nombre de jeunes intéressés à faire des études mais qui n'ont pas d'accès à des universités. Il a lancé un programme en langue française de cours par correspondance. Aujourd'hui il y a plus d'un million d'étudiants dans tous les pays d'Afrique francophone qui suivent ces cours, et c’est là un exemple concret ou la langue française peut être un vecteur économique ».

L’ambassadeur conclut disant : « un des secrets de la Suisse, c'est l'intégration totale entre éducation et économie à tel point que notre secrétariat d'Etat à l'éducation fait partie du ministère de l'économie. Nos systèmes d'éducation, au niveau des grandes écoles polytechniques, de l'apprentissage, des écoles professionnelles sont tout à fait en phase avec les besoins de l'économie ». 


Jacques De Lajugie : « la langue, un élément facilitateur »

« Par rapport aux deux précédents conférenciers j'ai un double handicap : d'une part je ne suis pas diplomate et, d’autre part, je suis un technocrate puisque je sers depuis longtemps déjà le ministère de l'Economie et des Finances ».

Il poursuit : « Je voudrais tout d'abord dire un petit mot au sujet de la langue, et non seulement de la langue française. Pourquoi la défense de la langue et de la francophonie? Parce qu'une langue fait partie du patrimoine de l'humanité, qu’elle est respectable en soi et mérite d'être pratiquée, défendue, préservée ».

« Permettez-moi une digression personnelle : ma mère est née au Pays Basque où depuis une cinquantaine d’années l’apprentissage de la langue basque s’est beaucoup développé. Or souvent on entend dire aux Basques : pourquoi apprenez-vous une langue qui ne vous servira à rien ? Et bien la raison profonde de la francophonie c'est celle-là : on est toujours les minoritaires de quelqu’un. Et nous ne voulons pas qu'on nous dise un jour pourquoi continuez-vous à apprendre et à parler le français? Tout est question de culture et de mémoire ».

Sur le plan économique, « je pense dit-il que la langue est un élément facilitateur. On le constate au Liban et dans d'autres pays comme sur le continent africain».
Evoquant le Liban, le conférencier poursuit : « Nous avons une relation très spécifique entre le Liban et la France. Or le Liban est de 50 milliards de dollars en termes de PIB soit 5% du PIB du Proche-Orient. D’où la question : faut-il vraiment pousser les entreprises françaises à venir au Liban plutôt qu'en Arabie Saoudite ou en Iran alors que nous sommes en situation de déficit extérieur ?

Ceux qui tiennent ce langage oublient deux choses : 1- qu'il n’y a pas de marché ni de contrat négligeable quand on est en situation de déficit d’autant plus que le poids relatif du Liban dans le commerce extérieur français est infiniment supérieur au poids relatif du Liban dans le PIB du MO. Pourquoi ? Parce que le Liban est à la fois un vecteur et une plate-forme, que ce soit vers les pays du Golfe ou vers une partie du continent africain. Ce qui explique la densité des échanges commerciaux économiques et financiers entre la France et le Liban ». 

« Par ailleurs, quand on observe le stock d’investissement de la France au Liban et celui du Liban en France et qu’on les compare à dix ans d'intervalle 2005-2015, on voit une multiplication par deux ; aucun exemple de ce genre n’existe dans le monde. De même, l'investissement des Libanais en France est de presque trois milliards d'euros à la fin de 2015, soit la moitié de l'investissement direct des pays du MO, y compris les pays du Golfe. Quant au niveau des exportations françaises au Liban par rapport à ce qu'il est au Moyen-Orient, et à la part des marchés dans tous les cas de figure, le Liban est pour la France de loin plus important que bien de pays de la région qui sont beaucoup plus puissants.

M. De Lajugie conclut : « Les deux points que je voulais souligner sont d'ordre culturel et économique. En tout état de cause, la réunion d'aujourd'hui tombe au bon moment et je pense qu’on parlera longtemps encore des thèmes que nous abordons aujourd’hui ».


Nelly Helou
Journaliste


mardi 28 mars 2017

AlWakala AlWatania 26 mars 2017

الوكالة الوطنية الأحد 26 آذار 2017

ندوة المنتدى الفرنكوفوني للأعمال عن فرص الشركات في المساحة الفرنكوفونية وعوائقها


وطنية - نظم المنتدى الفرنكوفوني للأعمال وفي اطار شهر الفرنكوفونية، ندوة بعنوان "ما هي فرص وعوائق الشركات في المساحة الفرنكوفونية"، في مطعم لو مايون، أدارها الإقتصادي سمير نصر، وشارك فيها سفير ساحل العاج جيلبير دجانهودي، سفير سويسرا فرنسوا باراس، رئيس البعثة الإقتصادية في السفارة الفرنسية جاك دولاجوجي، وحضرها عدد من السفراء ورجال الأعمال والإعلاميين.

بداية كلمة لرئيسة المنتدى رين قدسي اعلنت فيها ان "الأعمال في المساحة الفرنكوفونية تشكل نحو 16 في المئة من الناتج المحلي وتصل فيها نسبة النمو الى 7 في المئة وتحوي نحو 14 في المئة من الإحتياط العالمي للطاقة والمعادن. وفي عالم متعدد الأقطاب فإن الفرنكوفونية تمتد من ابيدجيان الى مونتريال مرورا ببروكسل، باريس، بيروت وهانويو، وان المساحة الجيوفرنكوفونية تبرز حقيقة الفرنكوفونية الإقتصادية. وما من شك بأن اللغة الفرنسية هي لغة المعاملات وهي تجسد حتما اليوم واقعا ثقافيا سياسيا وديبلوماسيا، وفي زمن العولمة فإن معظم المؤسسات تتجه نحو استراتيجية عالمية. لذلك من الضروري دمج الرؤية الإقتصادية مع التأثير الإجتماعي".

نصر
وسأل نصر: "هل المساحة الفرنكوفونية تشكل فرصة للشركات؟"، ورأى ان الفرنكوفونية وكما ينظر اليها "ليست مساحة للتبادل الحر انما هي شبكة من العلاقات تجمع اعضائها حول لغة مشتركة ويمكن ان تتحول الى أشكال من التعاون الإقتصادي والتجاري. اللبنانيون معروفون بقدرتهم على الدخول الى الأسواق وهم موجودون في اكثر من 80 بلدا حول العالم وفي كل اللغات. ولكن هناك إطارا آخر يمكن ان يقدم لهم مفاضلة في التقديمات الحسنات وهي المساحة الفرنكوفونية". وسأل: "هل يمكن ان تحتل اللغة حيزا مهما في عالم الأعمال؟".

باراس
وأعلن باراس أن "سويسرا عضو في المنظمة العالمية للفرنكوفونية منذ العام 1989. ونحن بلد متعدد اللغات، والفرنكوفونيون هم أقل من ربع السكان، ولهذا لا يفهم السويسريون لغاية اليوم لماذا عليهم ان يكونوا في هذه المنظمة". 

وقال: "لدينا سلسلة من الشركات المتعددة الجنسية موجودة في كل مكان، لدينا شركات كبيرة وصغيرة كثيرة وهي تصدر نحو 98 في المئة مما تنتج الى العالم، اقتصادنا عالمي وقد احتلينا العام 2016 المرتبة الأولى بين بلدان العالم في مجال الإبتكار والتربية، ولدينا اقتصاد معولم وشامل وحيث لا تحتل اللغة اهمية، المهم هو حجم الأعمال والإبتكار ومكانة سويسرا". 

ورأى ان "العرب يتواجدون بكثرة في جنيف بفضل اللبنانيين الذين كانوا الوسطاء بين الممالك العربية واوروبا، والعلاقات اليوم بين سويسرا ولبنان هي علاقات مميزة بين جنيف ولبنان، عازيا ذلك الى تشارك اللغة وهو أمر جد مهم". 

سفير ساحل العاج
ورأى السفير العاجي أن "تنمية الرؤية الإقتصادية في المساحة الفرنكوفونية تقضي بمواجهة التحديات التالية: تنمية القدرات من اجل جذب المستثمرين، توطيد المساحة الإقتصادية الفرنكوفونية بحيت تتحول الى مساحة للتبادل والتضامن الفعال بين اعضائها، توسيع البنى المؤسساتية والمهنية للشركات الفرنكوفونية من أجل تحسين محيط الأعمال". 

واعتبر أن "الأهداف تتمحور حول خلق فرص عمل للشباب وللمرأة، دعم المزارعين في البلدان النامية، مساعدة المزارعين من خلال تزويدهم بالوسائل التقنية التي تجعل عملهم اسهل، كما يتوجب على الدول إنشاء بنى تحتية اقتصادية أساسية من طرق ، مستشفيات، مدارس من اجل تعليم الشباب، إنشاء شبكات للري من أجل استصلاح الأراضي والقضاء على المجاعة التي تشكل وباء في هذا الجزء من العالم".

وقال: "كوني من بلد افريقي لا يمكن أن نتغافل عن غلاء أسعار المواد الأولية، وساحل العاج اليوم هو بلد غني بالمواد الأولية الزراعية وهو الأول في انتاج الكاكاو في العالم، ولدى انتاج المحصول تحدد الدولة سعر كيلوغرام الكاكاو آخذة في الإعتبار اسعار البورصة العالمية، ولكن بفعل التلاعب بالبورصة انخفضت الأسعار نحو 30 في المئة ووجدت الدولة نفسها تواجه ازمة اقتصادية واجتماعية، وتراجع مستوى عيش المزارعين، وهذا ينطبق ايضا على زراعة الجوز والكاجو. واليوم وبخلاف المساحة الفرنكوفونية تنشأ مجموعات اقتصادية كبيرة في البلدان الأفريقية التي تنطق بالإنكليزية بهدف انشاء استثمارات كبيرة عابرة للحدود في بلدان في طور النمو".

دولاجوجي
ورأى دولاجوجي أن "اللغة عامل مهم للتبادل الإقتصادي، وفي فرنسا في هذه المرحلة نولي اهمية لكل سوق، والسوق اللبناني مهم جدا. لذلك يجب حض الشركات الفرنسية على الإستثمار في لبنان. وقوة لبنان في التجارة الخارجية الفرنسية هي اكبر من الحجم الحقيقي للبنان في الناتج المحلي للشرق الأوسط. لأن لبنان مركز ومنصة نحو بلدان الخليج وجزء في القارة الإقريقية وكردستان العراق. وليس هناك قياس مشترك بين الحجم الفعلي للناتج المحلي اللبناني بالنسبة الى حجم دول الشرق الأوسط. عندما تنظرون الى حزمة الإستثمارات بين فرنسا ولبنان، ولبنان وفرنسا فهي تضاعفت في مدة عشر سنوات. اما الإستثمار اللبناني في فرنسا الذي بلغ 3 مليارات يورو في نهاية العام 2015 فهو يبلغ حجم نصف الإستثمارات المباشرة لبلدان الشرق الأوسط والخليج في فرنسا، وان السوق اللبناني بالنسبة لفرنسا هو أهم من أسواق المنطقة".